Un petit aperçu des possibilités de l’argentique.

Un format de prise de vue atypique,  couplé à une pellicule spéciale, autant de combinaisons qui feront de vos photos des images uniques.

  • Histoire

On va survoler tout ça parce qu’en vrai, ça ne nous intéresse pas vraiment, mais au fil du temps, pour différentes applications, l’industrie photographique a développé des pellicules particulières. En premier lieu à des fins militaires Kodak a créé des pellicules infrarouges et/ou en partie sensibles au spectre infrarouge produisant un rendu colorimétrique plus ou moins éloigné de la réalité, ces pellicules, à l’heure qu’il est ne sont plus en production mais ont inspiré The Lomographic Society pour recréer ce genre de pellicules accueillies avec beaucoup d’enthousiasme par les irréductibles de l’argentique et pas les curieux de l’analogique. Certaines pellicules corrigent à la prise de vue la balance des blancs et rééquilibre les tons orangés des lumières incandescentes. Et enfin née d’une erreur, la pellicule redscale, est une pellicule chargée à l’envers, qui vous fournira des photos avec une douce teinte orangée.

  • Lomochrome turquoise :

Utilisable de 100 à 400iso (plus elle est exposée, mois l’effet est poussé), elle produira un changement de couleur unique, les bleus se transformerons en orange, et vice-et-versa, vos ciels adopterons une belle teinte orange, les bâtiments deviendrons bleu, les rares portraits que j’ai tentés donnent un léger effet Schtroumpfs au quel je n’adhère pas spécialement.

  • Lomochrome Purple :

Ici à l’instar de la pellicule de kodak Aerochrome, les teintes chaires ne sont que peu touchées, mais les verts sont transformés en violet.

  • Lomo redscale xr :

Ici aussi l’iso est variable et vous vous retrouverez avec des photos complètement orangées si vous vous calez sur iso 400, contre un rendu quasi sépia à iso 50, j’ai moi-même shooté pour obtenir le rendu le moins orangé possible, je me suis mis à iso 50, et seules les photos surexposées m’ont donné le rendu visé. On entend dire sur la toile qu’exposer cette pellicule à 25iso donne un résultat intéressant, n’ayez donc pas peur de la lumière!!!

  • Cinestill Tungsten 800 :

Conçue pour ramener vers le bleu le spectre orangé de l’éclairage urbain, cette pellicule est un vestige du 7ème art, et franchement il faut la tester au moins une fois.

  • Le cross processing :

Qu’il s’agisse de la lomo X-pro ou d’une simple pellicule diapo (ce qui marketing mis à part est strictement la même chose), cette façon de procéder est comme la redscale née d’une erreur, une pellicule diapo développée comme un négatif couleur. Cela vas créer une saturation exagérée, et selon les marque des pellicules utilisé un léger changement de couleurs.

  • Oui oui c’est pas très très précis tout ça.

J’y reviendrais ne vous en faites pas mais cela n’avait pour but que de vous donner une raison de plus de revenir à la photo argentique, je ferai des articles de fond axés pellicules d’ici peu.